Revue de presse mise à jour le 14.05.2012 à 8h15


« «J’espère rester à Oissel» » – www.paris-normandie.fr

Absent pour des raisons familiales à Gravelines huit jours plus tôt où son équipe s’est lourdement inclinée (3-0), Sébastien Delesques a effectué son retour samedi au sein de la charnière centrale du CMS Oissel à côté de Sarhane. Un retour gagnant face à l’AS Marck (3-0) pour le défenseur du CMSO qui replace sa formation sur le bon chemin du maintien.

Comment qualifiez-vous cette victoire aux dépens des Nordistes ?
Sébastien Delesques: «Elle se résume en un seul mot, celui de la solidarité. J’ajouterai l’excellent état d’esprit qui règne dans le groupe en dépit des moments difficiles traversés à certaines périodes. L’amalgame entre les nouveaux, les jeunes et les anciens a eu du mal à fonctionner au départ.»

Il y a eu quelques moments chauds, des petites frictions durant la partie dont le geste (coup de tête) de Creton à l’encontre de Mignot…
«Au retour des vestiaires, l’arbitre nous a indiqué que la brutalité du geste méritait un carton rouge mais qu’il ne voulait pas expulser le joueur nordiste fautif afin d’éviter que la rencontre ne s’envenime ou qu’elle dégénère. A côté de cela, l’attitude d’Eric Vercoutre, l’entraîneur de l’AS Marck, a été inadmissible. Mais quand on connaît le personnage, on n’est pas étonné.»

C’était un match sous haute tension, à ce point ?
«Oui, et pour cause entre deux équipes luttant pour le maintien. Avant le match comme durant la mi-temps, j’ai dit aux gars qu’on le gagnerait en étant costauds dans nos têtes. Qu’il ne fallait surtout pas s’énerver ou répondre aux provocations. Des garçons comme Romain (Devassy), Malik (Abdelmoula) ou encore Adnane (Sarhane) sont très gentils mais aussi impulsifs. A un moment donné (70e), ça pouvait partir en sucette (sic).»

Pour autant ce succès n’est pas encore mathématiquement synonyme d’un nouveau départ du club en CFA 2 la saison prochaine…
«On va à Calais le week-end prochain où je n’ai jamais perdu en deux rencontres (1v, 1n). Alors pourquoi pas, jamais deux sans trois. Calais est plus ou moins dans le trou actuellement et n’a plus rien à perdre ni à espérer. A nous d’en profiter. On aura une seconde chance avec la réception des réservistes de l’AS Beauvais huit jours plus tard, mais si on gagne à Calais le maintien sera assuré à 95%.»

Dans quel club jouerez-vous l’an prochain ?
«Je suis à Oissel jusqu’au 2 juin prochain. Après on verra. Si Abdel (Zamrat) et Raynald (Bertin) poursuivent l’aventure à la tête de l’équipe fanion, je souhaite continuer avec eux si les dirigeants du club le désirent. Maintenant, s’il devait y avoir un nouvel entraîneur, je réfléchirai aux propositions. Je n’ai que 31 ans, capable de jouer encore quelques saisons en CFA 2.»
PROPOS RECUEILLIS PAR C.S.

« Oissel sur la bonne voie » – www.paris-normandie.fr

En s’imposant face à Marck (3 à 0), les Osseliens ont fait un grand pas vers le maintien.

Les Marckois, joueurs, supporters et staff technique ont une conception bien particulière du football, surtout quand leur équipe s’incline comme cela fut le cas hier soir à Oissel. L’AS Marck a-t-elle sa place en CFA 2 ? La question mérite d’être posée. Avec un entraîneur Eric Vercoutre qui refuse de se soumettre à l’interview des journalistes, « Je n’ai rien à vous dire. Demandez plutôt à ‘vos’arbitres ce qu’ils pensent de la loi du hors-jeu. » Des supporters ainsi que des joueurs véritablement énervés, agressifs pour certains et pour couronner le tout, un coup de tête de Creton à l’encontre de Bertrand Mignot, le frère de Jean-Pascal, l’ancien professionnel de l’AJ Auxerre aujourd’hui à l’AS Saint-Etienne qui méritait l’expulsion. Oui, messieurs les Nordistes de l’ASM, votre place n’est pas en CFA 2 au vu de votre comportement inadmissible entrevu en Normandie, à l’exception de celui d’Emmanuel Clément, véritable et unique gentleman du club qui a daigné discuter avec les médias à la fin de la partie.
Pour en revenir au match proprement dit, le match de la mort entre deux clubs concernés par le maintien, la partie démarre timidement. Demassieux gagne un premier duel devant Abdelmoula (13e) tandis qu’un retourné acrobatique de Ngoumé frôle la transversale du portier nordiste (18e). La réaction des visiteurs ne se fait guère attendre, si bien que Lacaille est obligé de sortir de sa surface pour écarter le danger que représentent Saint-Maxin (20e) puis Héouman (21e). La plus franche des occasions de la première période est cependant à mettre à l’actif des locaux. Lancé dans la profondeur, Ngoumé efface le portier adverse venu à sa rencontre mais ne parvient pas à redresser la course du ballon (23e). A son tour, Mainemare s’offre une opportunité de conclure, mais du bon des gants Demassieux met en échec la tentative du lob (37e).
La seconde période tournera définitivement à l’avantage des Seinomarins. Ngoumé, idéalement servi dans un premier temps par Gueye (53e) puis une seconde fois par Mainemare (80e) débloquera le tableau d’affichage à deux reprises avant que Mauger voyant Demassieux beaucoup trop avancé de sa ligne ne corse l’addition à cinq minutes du coup de sifflet final. « On avait à cœur d’effacer notre mauvaise prestation à Gravelines que je considère comme un accident » confie Abdel Zamrat. « Aujourd’hui, je suis fier de mes joueurs. Nous avons retrouvé nos valeurs. C’est la satisfaction du devoir accompli. »

La fiche technique

A OISSEL, OISSEL BAT MARCK 3 A 0 (0-0)
Arbitre : M. Blanchet. Spectateurs: 120.
Buts pour Oissel : Ngoumé (53e, 80e) Mauger (84e).
Avertissements à Oissel : Devassy (26e), à Marck : Blanc (26e), Creton (70e)
OISSEL : Lacaille – Lederne, Sarhane, Delesques, Mignot – Devassy puis Coquio (68e), Mauger – Abdelmoula, Mainemare puis Tilouta (90e+2), Gueye – Ngoumé (cap).
Entraïneur : Abdel Zamrat.
MARCK : Demassieux – Playe, Verpoort, Baziel, Leblanc – G. Merlen (cap) puis Saint-Georges (62e), Faes – Creton, Blanc puis Viellard (62e), Saint-Maxin – Heouman.
Entraîneur : Eric Vercoutre.