«Des lacunes au grand jour» – www.paris-normandie.fr

Samedi après-midi sur sa pelouse, le CMS Oissel a reçu une véritable correction infligée par les réservistes du SC Bastia (0-4). Au cours de cette partie, de nombreuses lacunes sont apparues au grand jour dans les deux surfaces de vérité. Comme à Saint-Sébastien-de-Morsent huit jours plus tôt au 4e tour de la Coupe de France où les attaquants s’étaient montrés particulièrement maladroits devant une modeste formation de 1re division du district de l’Eure, les hommes composant le secteur offensif ne sont jamais parvenus à transformer leurs occasions franches face aux Corses. Contre les insulaires, la défense normande a également donné des signes de faiblesses inquiétants. Certes chamboulée après la sortie sur blessure de Lequang, mais un remaniement qui n’explique pas tout.

Des attaquants defaillants

Dans l’Eure le week-end passé, Ngoumé et ses coéquipiers se sont procuré une multitude d’opportunités pour « tuer » un match qui devait se solder au minimum par une demi-douzaine de buts d’écart en leur faveur. A l’arrivée, les hommes d’Abdel Zamrat se qualifieront laborieusement pour le 5e tour (0-2). Samedi, le scénario s’est répété durant… les quinze premières minutes. Notamment lorsque Surville à deux reprises (4e, 6e) rate l’immanquable ou quand Coquio (8e) et Mauger (12e) ne trouvent pas le chemin des filets sur leur tentative respective. Un avantage que les Osseliens méritaient amplement et qui aurait sûrement changé la face des choses et la physionomie de la partie. « Nous avons été en manque de réussite », avance le tacticien du CMSO « devant une formation bastiaise très réaliste. A l’approche du but adverse on a souvent fait le mauvais choix (Mainemare 58e) ou fait preuve d’un excès de précipitation (Surville 32e, 49e, 69e). »

Une defense permeable

A chaque offensive des visiteurs, les Seinomarins ont souvent été mis en danger. Seul Adnane Sahrane est parvenu à tirer son épingle du jeu ainsi que Ghislain Tchiamas qui a évité le naufrage de son équipe en fin de match. Excentré sur le côté droit après la sortie de Lequang touché au genou, le jeune Bertrand Mignot n’a pas eu toutes ses aises. Son homologue Ismaël Diack sur le flanc gauche n’a pas été non plus à la hauteur de ses prestations précédentes. Bref, ce fut une copie médiocre rendue par les Osseliens. Après leur match de Coupe de France contre Bois-Guilaume le week-end prochain, les banlieusards rouennais recevront le FC Chartres. Gageons que ces derniers auront retenu la leçon de leur déconvenue.
C. S.