« Une bouffée d’oxygène » – www.paris-normandie.fr

Les Osseliens se souviendront de ces sept dernières minutes de match. Barabadze, entré en jeu à la 73e, a permis à son équipe d’empocher les quatre points inscrivant un doublé.

Alors qu’à sept minutes du coup de sifflet final, les Osseliens se dirigeaient vers une troisième défaite de rang, un revirement de situation porté par Barabadze a tout changé. En deux minutes et deux coups de canon, l’attaquant géorgien a sorti d’un mauvais pas sa formation, qui longtemps était gênée par la vivacité des Parisiens. Ces derniers, désormais lanterne rouge pourtant auteurs d’un match abouti éprouvaient de légitimes regrets d’être passés à côté d’un succès qui leur tendaient les bras : « On est tombé sur une très belle équipe du PFC, qui mérite bien mieux que sa place actuelle. Notre première mi-temps est correcte, mais nous avons eu du mal à nous créer des occasions », martelait l’entraîneur seinomarin Abdel Zamrat.

Coaching gagnant
Surtout l’ouverture du score – logique – de N’Diaye en début de seconde période s’avérait être un coup de massue pour des Hauts-Normands, en panne sèche de solutions, jusqu’aux trois changements opérés par Zamrat. « On peut dire en effet que c’est un coaching gagnant, mais nous avons une équipe de 16 joueurs et non de 11. Chacun s’est démené pour se sortir de cette situation délicate. » Rentré en jeu à la 73e minute, Barabadze s’illustrait une première fois dix minutes plus tard, puis une seconde fois quelques instants après, pour un succès aussi inattendu que renversant : « Au regard de la physionomie de la rencontre, obtenir le match nul aurait été un bon résultat, alors que là on gagne, c’est vraiment une grande satisfaction et un grand soulagement. » Surtout qu’après cinq matches sans victoire, il était urgent de renouer avec le succès pour prendre de la marge sur la zone de flottement, tant ce championnat est homogène : « On a retrouvé les valeurs du début de saison, c’est vraiment un match, qui j’espère nous lancera sur une nouvelle dynamique », conclut Zamrat à l’issue d’une rencontre, où le nom de Mikheili Barabaze était scandé à maintes reprises par ses partenaires. Une juste récompense pour celui qui a offert les quatre points à son équipe.

A Paris, Oissel bat Paris FC (B) 2 à 1 (0-0) :
Arbitre : M. Hasadzic.
Spectateurs : 50 environ.
Buts pour Paris FC (B) : N’Diaye (51e) ; pour Oissel : Barabadze (83e, 85e).
Avertissements à Paris FC (B) : Diawara (22e), Ibouzidene (74e) ; à Oissel : Demoughi (25e).
PARIS FC (B) : Mahsas – Traoré, Sissoko, Ychou, Ibouzidene – Laurant, Diawara, Nenebi puis Boudard (77e), El Moudene – N’Diaye, Benradah puis Karamoko ( 66e). Entraîneur : Jacques Dumareix.
OISSEL : Tchiamas – Leguang, Delesgues, Sarhane, Mignot – Abdelmoula, Lebourg, Mainemaire puis Barabadze (73e), Demoughi puis Coulibaly (62e)- Surville puis Corbard (73e), N’Goumé.
Entraîneur : Abdel Zamrat