« Oissel écoeure le FCR » – www.paris-normandie.fr

6-1 ! Le résultat d’un set au tennis. C’est aussi sur ce score que s’est achevée la rencontre qui opposait samedi après-midi au stade Marcel-Billard le CMS Oissel aux réservistes du FC Rouen.
Huit jours après avoir plié à domicile devant Sainte-Geneviève-des-Bois (1-3), les hommes de Jean-Marc Sabbatini ont essuyé un terrible revers samedi après-midi. « Cela reflète le niveau de performance (sic) de certains qui ne sont pas dans une bonne période, en-dedans par rapport à leurs qualités individuelles », relevait le coach des Rouennais à la fin de la partie, avant d’ajouter : « Une fois encore, on donne des cartouches à l’adversaire. On leur fait des politesses alors qu’on doit se positionner sur le terrain comme des morts de faim. Aujourd’hui, j’ai vu trop d’erreurs, et au lieu de jouer en équipe, de se serrer les coudes chacun a voulu jouer pour soi. Cette semaine on va travailler pour retrouver les vraies valeurs collectives qui forment un groupe. »
Après avoir débloqué rapidement le tableau d’affichage, les « Diablotins » ont cru que le plus dur était fait. « On s’est vu trop beau », raconte Jalal Abdellaoui entré en cours de jeu et qui retrouve progressivement ses sensations sur les pelouses. « On se regarde jouer. Il va falloir montrer autre chose dans huit jours avec la réception de Chartres, le leader. » Le milieu de terrain récupérateur Steve Alcide, encore sonné par les six buts encaissés, partageait également l’avis de son coéquipier. « On a fait un non match. Et il ne faut pas accabler uniquement les défenseurs, nous sommes tous responsables. »

Un cadeau d’anniversaire
La déception, l’amertume et les désillusions d’un côté contrastaient fortement avec la joie et la satisfaction de l’autre. « Depuis huit ans que je suis au club, c’est la première fois que l’équipe gagne par un tel écart », savourait Georges Ngoumé, le capitaine du CMSO dans le vestiaire. Et dans ces moments de bonheur, chacun y allait de sa petite phrase, histoire de chambrer. A l’image de Sébastien Delesques, habituellement peu bavard. « On n’a pas eu le temps de douter après l’ouverture du score car on égalise assez rapidement. Pour le coup, je dédie cette victoire à Karim Bezzou (NDLR : l’un des responsables de la cellule de recrutement du club). Aujourd’hui c’est son anniversaire, il fête ses 40 ans, lui qui fait croire aux clientes de sa pizzeria qu’il en a 32. » Plus sérieusement, Abdel Zamrat le tacticien osselien savourait à sa juste valeur la victoire des siens. « Nous avons mal démarré la partie en encaissant le premier but rapidement, mais après on n’a pas eu le temps de douter en égalisant pratiquement dans la foulée. C’est la première fois que nous sommes aussi réalistes. Grâce au sérieux des joueurs, de leur application et d’un bloc cohérent. Il y a eu le résultat mais aussi la manière. »
Petite ombre au tableau dans le camp des Osseliens. A la fin de la rencontre, Surville, afin d’être recousu à l’arcade gauche et Diack pour y subir des radios après une perte de connaissance seront transportés par les sapeurs pompiers à l’hôpital des Feugrais à Saint-Aubin-lès-Elbeuf. Ils en ressortiront dans la soirée.
C. S.