« Une victoire inespérée » – www.paris-normandie.fr

A Oissel, il ne faut jamais quitter le stade Marcel Billard avant le coup de sifflet final, même le spectateur craintif à l’idée de rencontrer des bouchons de la circulation sur l’avenue d’Anderten à la fin d’un match. Trêve de plaisanterie, devant une chambrée clairsemée, c’est dans les toutes dernières minutes de la rencontre que les hommes d’Abdel Zamrat sont venus à bout des réservistes de l’AS Beauvais, une formation renforcée par plusieurs éléments de l’équipe fanion dont un certain Mourad Badra, l’ancien Rouennais.
En fait, la délivrance pour Ngoumé et ses coéquipiers est survenue à la 88e minute. A la suite d’un corner obtenu par Lequang lorsque son centre fut détourné par Azek, s’en suivit une bataille de chiffonniers dans et aux abords de la surface de réparation picarde. Bertrand Mignot monté aux avant-postes était déséquilibré légèrement devant la ligne des 16,50 m et obtenait ainsi un coup franc amplement mérité.

L’objectif est atteint
Pierrick Lebourg, l’artificier de service dans ces cas-là, prenait son temps pour placer le ballon au bon endroit. Malgré un mur beauvaisien visiblement pas situé à distance réglementaire, le n° 11 du CMSO expédiait, avec l’aide d’un défenseur adverse placé dans le mur, le cuir dans la lucarne de Ferrand. « Je savais où je voulais mettre le ballon », indiquera plus tard l’unique buteur de la rencontre qui porte d’ailleurs à trois réalisations son compteur personnel de la saison en championnat. « Même si le ballon n’avait pas été dévié, il se logeait quand même dans la lucarne. » Avant ce soulagement, les Osseliens n’ont pas toujours été à leurs aises, commettant beaucoup trop d’erreurs, comme ces nombreuses passes à l’adversaire. « La victoire était notre priorité », confie cependant Zamrat, « devant une équipe renforcée, bien regroupée derrière et venue avant tout chercher le partage des points. Avec ce succès, l’objectif de la journée est atteint. Autre constat, la condition physique des garçons a été récompensée, preuve du travail effectué pendant la coupure hivernale. »
C. S.