Oissel piégé par le Paris FC – www.paris-normandie.fr

Battus à l’aller sur leur pelouse, les Parisiens ont pris leur revanche, samedi à Oissel au terme d’une partie où les hommes d’Abdel Zamrat ont eu leurs chances.

Battus sur leur pelouse synthétique du stade Déjerine à la Porte de Montreuil lors de la première manche (1-2), contre le cours du jeu, « nous avions d’ailleurs réalisé un hold-up parfait », se souvient Abdel Zamrat, les réservistes du Paris FC ont rendu la monnaie de leur pièce samedi après-midi en repartant d’Oissel avec les quatre points de la victoire.
Avant la rencontre le tacticien du CMSO avait tout lieu de s’inquiéter, « Paris n’est pas à sa place ». Ses craintes se sont finalement avérées fondées. Car déjà ses protégés auraient pu tout aussi bien rentrer au vestiaire à la pause avec un retard de deux buts à remonter si Boudard ne s’était montré maladroit à deux reprises dans le dernier geste et dans une position particulièrement avantageuse (25e, 33e). A porter à leur crédit, les Seinomarins n’ont guère eu que quelques tentatives lointaines à proposer pour inquiéter le portier adverse en première période par Travailleur (11e) et Coquio (45e).

Une faute d’inattention
Après le repos, Lequang et ses coéquipiers auraient en revanche mérité d’être récompensés de leurs efforts, au plus fort de leur domination. Aït Saïd (57e, 75e), Mauger (60e) ou encore Sahrane (78e). Mais à l’heure de jeu l’entraîneur parisien ayant le nez fin décidait d’injecter du sang neuf au sein de son équipe en incorporant B. Traoré, Hamadou et Ndiaye. Un coaching payant puisque c’est ce dernier qui allait faire trembler les filets de Lacaille à cinq minutes du coup de sifflet final.
A l’origine de l’action victorieuse, une montée de Sarhane aux avant-postes mais qui se retrouve en position de hors-jeu près de la surface de réparation de Mahsas. Ce dernier s’empresse d’expédier le cuir vers l’avant. Lebourg ne parvient pas à l’exploiter avant qu’il ne parvienne dans les pieds de Ndiaye au sein d’une défense normande prise au dépourvu. « Ils marquent alors que nous sommes dans un temps fort, relève Abdel Zamrat, mais on commet une erreur d’inattention. Je confirme que nous avons eu affaire à une belle équipe, mais on peut néanmoins éprouver des regrets car la partie pouvait aussi bien basculer en notre faveur. »

A OISSEL, PARIS FC (B) BAT OISSEL 1 A 0 (0-0)
Arbitre : M. Bernard. Spectateurs : 100.
But pour le Paris FC : A. Diaye (85e).
Avertissements à Oissel : Coquio (76e) ; au Paris FC : Bli (52e), Diwara (52e), B. Traoré (90e+1).

OISSEL : Lacaille – Lequang, Sarhane, Emmanuel, Diack – Ngoumé (cap) puis Aït Saïd (23e), Lebourg, Mauger, Mainemare – Coquio, Travailleur puis Langlois (77e). Entraîneur : Abdel Zamrat.

PARIS FC (B) : Mahsas – Babel, Yohou (cap), Merel, Diarra, H. Traoré – Trasim puis B. Traoré (61e), Diwara, Bli puis Hamadou (65e) – Toko puis Ndiaye (64e), Boudard. Entraîneur : Saïd Aigoun.