Aït Saïd, la révélation tardive – www.paris-normandie.fr

Il est arrivé au CMS Oissel au mois de septembre dernier sur la pointe des pieds, alors que le CFA 2 battait déjà son plein depuis plusieurs semaines. C’est ainsi qu’Abdel Zamrat ayant formé son groupe de l’équipe fanion dirigea Charaf Aït Saïd vers la réserve. « Quand il nous a rejoints, explique le tacticien normand, il a signé hors délai des mutations et en retard physiquement. Je lui ai donc proposé de faire ses preuves dans un premier temps avec la B. » A 22 ans, le milieu de terrain offensif de poche d’1,71 m pour 71 kg s’exécute sans rechigner. Revenant progressivement à son meilleur niveau. « Je suis arrivé en retard à Oissel parce que j’étais parti faire des essais au Maroc. Au club de Marrakech d’abord puis à Meknès. En fait, je n’y suis pas resté car les propositions offertes ne correspondaient pas à mes attentes. » Né à Rouen en août 1990, Aït Saïd signe sa première licence à l’ASM Château-Blanc avec les débutants avant d’enfiler la tunique jaune de l’US Quevilly dès l’âge de 13 ans. Il découvre ainsi le championnat des U14 fédéraux puis celui de la DH des U15.

Avide de nouvelles aventures
Ses pas le conduisent ensuite au FC Rouen où il reste deux saisons avant un retour chez les « Canaris » pour enregistrer sa première licence chez les seniors. Avide d’aventures nouvelles, Aït Saïd quitte la Normandie pour la Picardie. A l’AS Beauvais précisément, où il renforce à l’été 2009 l’équipe réserve promue en CFA 2. Retour ensuite au FCR (CFA 2) après une année passée dans l’Oise avant de reposer son sac dans les vestiaires de Lozai, « où le courant ne passait pas avec le coach. » D’où sa décision de frapper à la porte du CMSO après une brève escale de quinze jours au pays du roi Mohammed VI. Sa persévérance, ses efforts et ses attentes sont enfin récompensés lorsque Zamrat le convoque pour la première fois en championnat le 13 avril contre le Paris FC. Il entre en jeu dès la 23e minute de jeu à la suite de la blessure de Ngoumé. Huit jours plus tard, il se retrouve sur le banc de touche à Diochon avant de prendre la place de Coulibaly à la 75e. Enfin, la consécration est au bout de son travail quand il est titulaire contre le FC Evry samedi dernier et où, à l’ultime seconde du temps additionnel, il arrache une égalisation presque inespérée (2-2). « Il a fallu que je m’accroche, mais je n’ai jamais douté de moi ni du coach qui me guide, me conseille et me fait confiance. »

C. S.

CET APRES-MIDI à 17 H à MOISSY-CRAMAYEL
Absences : Lequang (suspendu), Ngoumé (contracture), Sarhane, Lebourg, Barabadze, Travailleur, Lederne (choix de l’entraîneur) à Oissel.
Entrées : Emmanuel, Devassy, Coquio, Coulibaly, Mendy, Rahmani (choix de l’entraîneur) à Oissel.
OISSEL : Lacaille – Abdelmoula, Delesques, Emmanuel, Diack – Devassy, Mauger – Aït Saïd, Coquio, Coulibaly – Dgoughi.
Remplaçants : Tchiamas (g), Mainemare, Mendy, Langlois, Rahmani.
Entraîneur : Abdel Zamrat.