Revue de presse mise à jour le 23.09.2013 à 10h30


Des cartons rouges sévèreshttp://www.paris-normandie.fr

Réduit à dix pendant trente-cinq minutes, puis à neuf à l’approche du temps additionnel, Oissel a longtemps cru pouvoir tenir les points du match nul. Il s’en est fallu finalement d’un poignée de secondes pour que les Normands ne rentrent pas bredouilles de leur déplacement dans le Pas-de-Calais. Certes, ils ont été dominés dans le jeu mais puisque les Calaisiens faisaient preuve d’une incroyable maladresse devant le but de Lacaille, l’espoir était permis. Hélas pour eux, l’entrée de Dramé en décida autrement. Abdel Zamra ttentait tout de même de faire bonne figure au coup de sifflet final.

La conclusion de cette rencontre est très cruelle ?
Abdel Zamrat : « Sur l’ensemble du match, Calais mérite sa victoire, c’est indéniable. Nous avons été courageux, nous avons tout donné mais je pense que les cartons rouges sont très sévères et nous empêchent d’aller au bout de notre résultat. Nous étions bien en place, notre bloc équipe était compact et offrait peu d’espaces à notre adversaire. Calais s’est montré dangereux essentiellement sur des coups de pied arrêtés. Je regrette seulement notre trop grand déchet technique qui nous a pénalisés surtout lors de la première période. »

Après la sévère défaite à Bastia, Calais est-il également votre bourreau ?
« C’est différent. A Bastia il y avait beaucoup de professionnels et cette équipe risque de rester longtemps en haut du classement si elle évolue souvent dans cette configuration. En revanche, nous étions venus ici dans l’espoir de rattraper les points perdus sur notre pelouse face à Arras et finalement, les cartons et le temps additionnel ont eu raison de nous. »

C. S.

Calais arrache la victoire à Oissel dans les ultimes secondes ! – www.lavoixdunord.fr

Les Calaisiens, pour avoir longtemps fait preuve de maladresse, ont dû patienter jusqu’au bout du temps additionnel pour se défaire d’une équipe normande réduite à neuf. Djezon Boutoille pouvait souffler au coup de sifflet final : »Nous avons eu le mérite de toujours y croire et de forcer notre destin. Nous avons manqué de justesse dans le dernier geste et dans l’avant-dernier aussi. » Cela résume bien les difficultés du CRUFC ,hier soir, devant le but.

Bref, les Calaisiens, défaits la semaine dernière contre le cours du jeu au Havre (0-1), ne disposaient pas d’un adversaire docile afin de se remettre en selle. Oissel, qui a tenu Arras en échec et s’est imposé contre Quevilly, ne présentait absolument pas les symptômes d’une formation amorphe. Le CRUFC avait donc tout intérêt à soigner son jeu et à faire preuve de rigueur dans sa concentration afin de se prémunir de tout mauvais désagrément. Ce qui fut fait, puisque les maritimes ne desserrèrent jamais leur étreinte au milieu du terrain tant et si bien que les Normands étaient, le plus souvent, obligés de jouer en reculant. Calais s’était donc mis en position favorable mais il restait à faire le plus difficile, c’est-à-dire concrétiser et dans ce domaine…A la pause, le CRUFC pouvait mener trois à zéro mais tout restait à faire et l’on commençait à se demander si les hommes de Djezon Boutoille n’étaient pas en train de laisser filer leur chance. Cette impression était renforcée au retour des vestiaires puisque D.Benkada manquait sa reprise (46°), puis Danset tergiversa encore devant le gardien (50°). Djezon Boutoille décida d’apporter plus d’efficacité à son secteur offensif en lançant Dramé (55°). Bien lui en prit, car l’attaquant calaisien, déjà décisif lors du derby contre Gravelines se planta une nouvelle fois en sauveur de la patrie. Sur un dernier débordement de Danset, Dramé s’arracha pour inscrire le but de la victoire 1-0 (94°). Une victoire mille fois méritée sur la physionomie de la rencontre mais il faudra à l’avenir conclure plus vite car toutes les fins ne seront pas aussi heureuses.

STEPHANE PLACZEK

CALAIS-OISSEL : 1-0 (0-0).

Arbitre : M. Landrain assisté de MM. Alves et Soulisse.
But : Dramé (90+4).
Avertissements : Gomez (90e) à Calais Mignot (70e) à Oissel.
Expulsions : Diack (38e, 54e) Lequang (90e) à Oissel.

CALAIS : Desmassieux, Hurtrel, Gaillard, Delplanque, Gobert, Marque, Razak, D. Benkada (55e) et C. Benkada, Danset, Gomez (Perperot 85e).
Entr : Djezon Boutoille.

OISSEL : Lacaille, Lequang, Delesques, Mignot, Diack, Mauger, Lebourg, Travailleur (Massouke 74e) , Mainemare (Ledeme 67e), Sidibé, Dia.
Entr. : Abdelouahed Zamrat.

Résumé de CRUFC – Oissel : 1-0 (0-0) – www.crufc.fr

Il aura fallu attendre la dernière minute de jeu pour que le Stade de l’Epopée se libère. Le CRUFC a donc remporté sa troisième victoire, face à Oissel, dans une rencontre où les Calaisiens ont dominé de bout en bout.

Dès le coup de sifflet initial, on sentait que les Crufiens allaient de l’avant et se ruaient vers le but normand. Une tête de Danset alertait une première fois Lacaille (3e) cependant, sur un contre adverse, Sidibé plaçait une reprise mais Demassieux était bien sur ses appuis (12e). Ce fut peut-être l’une des seules occasions de Oissel.

Les occasions calaisiennes se multipliaient, de quoi rager le banc de touche du CRUFC. Un face à face de Danset ou encore un tir de C. Benkada ne trouvaient malheureusement pas les filets. Le public était prêt à exulter lorsque sur un centre de D. Benkada, Gomez reprenait de la tête laissant le ballon passer juste au-dessus de la barre transversale (27e), certainement la plus grosse action à ce moment (voir la photo). Le CRUFC restait dangereux sur une frappe de Razak (29e), une longue course de Gomez (31e), et surtout sur un superbe centre de D. Benkada, Danset se retrouvait seul dans la surface mais son tir heurtait le poteau (37e).

Au retour des vestiaires, les frères Benkada se procuraient une bonne occasion, hélas sans réussite. Le Normand Diack voyait rouge, laissant son équipe à 10…

( . . . / La suite de l’article, disponible sur le site de Calais RUFC)