480x264-pn-22-11-13

L’article de Paris-Normandie, publié sur sa version en ligne, a fait le buzz aujourd’hui en dévoilant les projets d’évolution du club osselien. A lire ci-dessous :

« Football : Oissel, futur club d’agglo ? »- www.paris-normandie.fr

Et si le fameux club d’agglo rouennais voyait le jour non pas via le FC Rouen, ni par l’US Quevilly, mais grâce… au CMS Oissel ? C’est en tout cas le sens de l’arrivée au sein du club de la rive gauche, actuellement 2e du groupe A de CFA 2, des hommes d’affaires Charles-Philippe Maarek et Mehmet Erden. Ces deux « déçus » du FCR (Maarek en était sponsor depuis 1996, Erden depuis 2008) ont officialisé ce matin leur volonté d’ « aider à grandir » le club du président Jean Degenaers. « Mais il s’agit d’une évolution, pas d’une révolution », souligne Charles-Philippe Maarek, désormais reconverti dans l’immobilier.

Le point de départ du projet ? Un entretien, il y a une quinzaine de jours, entre le maire d’Oissel Thierry Foucaud et Mehmet Erden au sujet de la future implantation du siège du groupe Erden (qui rassemble une dizaine de sociétés dont Ravalext, entreprise de BTP et construction, sponsor majeur du FCR ces dernières années) sur la commune. « Connaissant mon intérêt pour le sport – je sponsorise huit associations comme… la Crea Oissel handball, le FUSC Bois-Guillaume ou le Rouen Hockey Elite 76 – Monsieur Foucaud m’a alors proposé une collaboration avec le CMSO sous la forme d’un mécénat », explique Mehmet Erden. Ce dernier a ensuite soumis l’idée à Charles-Philippe Maarek, très vite emballé. « J’ai rencontré un président, Jean Degenaers, très bon gestionnaire – son budget, de l’ordre d’un peu moins de 800 000 €, est excédentaire de 30 000 € pour l’exercice 2013-14. J’ai rencontré des gens amoureux de leur club. J’ai rencontré une municipalité qui m’a donné envie de l’aider car profondément sportive, avec de très belles installations. J’ai fait connaissance avec un entraîneur, Abdel Zamrat, très volontaire, passionné et viscéralement attaché à son club. J’ai constaté que le CMSO reposait sur des bases saines, avec 500 licenciés et de bons résultats chez les jeunes. Bref, je n’ai pas hésité longtemps », détaille Maarek.

Les deux hommes n’ont eux-même pas tardé à convaincre Jean Degenaers, président du CMSO depuis 2001 hormis une « pause » entre 2009 et 2011. « Ce sont des entrepreneurs, des gens avec une vision. Cela fait désormais plus de dix ans que nous sommes stabilisés en CFA 2. Nous avons des ambitions. Charles et Mehmet peuvent nous permettre de les concrétiser, de nous faire grandir », indique l’ancien ingénieur en maintenance industrielle, aujourd’hui retraité.

La fusion avec le FCR ? Pas d’actualité, mais pas exclue

D’un constat de départ – « sans faire injure à l’US Quevilly, le football rouennais est aujourd’hui un no man’s land, dans le sens où il lui manque le club d’élite dont une agglomération de 600 000 habitants devrait normalement être dotée », Charles-Philippe Maarek dévoile ses plans à court et moyen terme. « Dans l’immédiat, Mehmet et moi allons amener notre savoir-faire au niveau de la recherche de sponsors. Le but est de lever 100 000 € d’ici la fin de la saison. Au niveau sportif, nous prévoyons de renforcer l’équipe actuelle par l’arrivée de trois joueurs d’ici la trêve. Des joueurs à connotation régionale, avec l’expérience des niveaux supérieurs. Nous allons essayer de décrocher la montée dès cette saison, même si ce ne serait pas une catastrophe si ce n’était pas le cas. Si par bonheur nous accédons au CFA, nous tâcherions de bâtir une équipe compétitive pour jouer les premiers rôles dès la première saison et éventuellement de viser le National. A ce moment-là, la question d’un club d’agglo pourra se poser. Pas avant. »

Maarek et Erden – qui entreront dans l’organigramme en début de saison prochaine – entendent bien sûr s’inspirer de ce qu’a réalisé la Crea Oissel Handball, créée en 2011 sur les bases d’une entente entre le CMS Oissel et le club de Déville-lès-Rouen et aujourd’hui aux portes du monde professionnel, en Nationale 1. « Mais on ne parle pas de fusion pour l’instant, même si nous ne sommes pas fermés à cette idée », précise Jean Degenaers.

En d’autres termes, les trois hommes veulent laisser la porte ouverte au FC Rouen, actuellement en DH, rejetant la notion de concurrence frontale entre leur projet et celui des Diables Rouges, semble-t-il désireux, de leur côté, de s’appuyer sur un investisseur bulgare, Daniel Dimov. « Il n’y a pas de course contre-la-montre entre Rouen et nous, tranche Maarek. Evidemment, si le FCR était en Ligue 2 ou en National, je ne serais pas là. Aujourd’hui, le paysage est sinistré. Mais demain, on peut imaginer un Oissel Métropole en National s’associant avec un FCR revenu en CFA… » Qu’en pensent les dirigeants du FC Rouen ? On le saura dans les prochaines semaines…

Arnaud Rabany