Revue de presse mise à jour le 10.03.2014 à 8h15


Oissel interrompt sa série noire face à Gravelines
www.paris-normandie.fr

Tout n’a pour autant pas été tout rose pour l’équipe normande. S’ils ouvraient rapidement la marque grâce à un très joli but acrobatique de Diafutua N’Gudiangani (0-1, 13e) oublié par la défense nordiste, les joueurs d’Abdel Zamrat avaient à composer avec une équipe locale combative, le tout dans une première période plutôt équilibrée.
Bien servi par Huysman, Fall dévissait sa tentative (16e). Briesmalien frappait lui de peu au dessus (20e). Lacaille devait également se montrer vigilant sur une de ses rares parades à effectuer. Le portier repoussait des deux poings la frappe de Vereecque. Les Osseliens obtenaient eux peu d’opportunités et Lebourg manquait totalement sa frappe (43e).
La seconde période n’était pas aussi équilibrée que la première et se déroulait en deux temps. Dans le premier, les Normands tentaient d’enfoncer le clou, profitant des craintes de la lanterne rouge, totalement désorganisée à la reprise. La tentative de Diampo Sengele passait de peu au dessus (58e). Lequang partait lui seul coté droit et transmettait à Bezzou qui manquait inexplicablement le cadre devant le but pourtant vide (63e). Le portier nordiste était également trop court sur un centre de N’Goume mais c’est cette fois Sangare qui venait jouer les pompiers de service et empêchait in extremis Aitsaid de doubler la mise (72e).
Auparavant, l’USG avait manqué sa plus belle opportunité de recoller à la marque.
Pourtant seul au point de penalty, Hoguet ne trouvait pas le cadre (70e). Oissel reculait ensuite face à une équipe qui se battait pour arracher un nul synonyme d’espoir pour la suite de la compétition. Mais rien n’y faisait. Il y avait toujours un mauvais choix dans le dernier geste. Oissel repart donc de l’avant. Gravelines file, lui, tout droit vers la DH. Oissel semblait pourtant à portée des joueurs gravelinois sur cette rencontre et souffrait dans les dernières minutes, opérant en contre sans succès.
Une victoire somme toute pas non plus illogique. À noter que Gravelines terminait la rencontre à 10, suite à la sortie de Traoré (claquage), alors que tous les changements avaient d’ores et déjà été effectués.

LES REACTIONS

Abdel Zamrat (coach de Oissel). « Je suis content de renouer avec la victoire, surtout contre cette équipe qui est très difficile à jouer. On a fait une entame plus que correcte. On a mis un très joli but. C’était le piège… Après, on a reculé et on a abandonné un peu notre jeu. Ils nous ont embêtés en mettant de la profondeur. J’ai demandé à mes joueurs à la mi-temps de garder de la sérénité, de continuer à jouer. On n’a pas eu le but pour plier la rencontre. Je crois que les joueurs voulaient garder le suspense jusqu’à la fin. On les a laissés espérer. C’est dommage quand on a des occasions comme ça de ne pas avoir su plier ce match sur nos temps forts. »

Giuseppe Bianco (coach de Gravelines). « Cette défaite fait très très mal contre une équipe avec qui on a fait jeu égal. C’est lassant. On n’est pas rentrés dans la rencontre par le bon bout. On a su amener du jeu par séquences. On a un orteil en DH, mais un orteil, ce n’est pas les deux pieds. Tout peut très vite tourner. Tant qu’il y a de la vie il y a de l’espoir. Et il y a de la vie à l’US Gravelines. Je n’ai pas affaire à des garçons pas impliqués. Il nous manque ce dernier geste, cette réussite qui nous fuit. On fera les comptes à la fin. Tout le monde nous condamne. Aujourd’hui, j’ai pris un gros coup derrière la tête. »

Face à Oissel, c’est bis repetita pour l’USG – www.lavoixdunord.fr/

Mêmes causes, mêmes conséquences, mêmes effets. On peine à voir comment Gravelines pourrait s’en tirer cette saison.

Tantôt dominés, tantôt dominateurs, les maritimes ont peiné à rentrer dans cette rencontre. Ils ont parfois même semblé baisser les bras, par intermittence. « C’est la peur qu’on a que cette saison se termine en eau de boudin. Mais on n’a pas affaire à des garçons pas impliqués », assure Giuseppe Bianco. À nouveau, son équipe n’a pas abdiqué, mais sans succès. Briesmalien ne cadrait pas sa tentative (20e). Vereecque (32e) ou Hoguet (65e) n’avaient pas plus de réussite. Et comme les maritimes avaient encaissé l’ouverture du score sur une reprise acrobatique de Diafutua N’Gudiangani (0-1, 13e), c’est une nouvelle défaite qui se profilait pour Gravelines, la onzième déjà cette saison, soit le pire total de la poule. Oissel passait même à quelques reprises tout près d’un doublé, en contre, dans la période où les locaux étaient dans le creux de la vague. Diampo Sengele frappait de peu à côté (58e). Seul face au but vide, Bezzou manquait également le cadre (63e) et Aitsaid était lui repris in extremis par Sangare (72e). L’USG poussait avec l’énergie du désespoir mais manquait de précision dans le dernier geste. Une défaite qui place plus que jamais Gravelines dans le wagon de la DH. « J’avais dit qu’on aurait un orteil en DH si on ne gagnait pas, on l’a. Mais un orteil, ce n’est pas deux pieds. Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. Et il y a de la vie à l’US Gravelines. Tout le monde nous condamne. Moi, je suis un compétiteur. Tout peut très vite tourner ».

GRAVELINES – OISSEL : 0-1 (0-1).
Arbitre : M. Gaie.
But : Diafutua (13e).

USG : Vandionant, Lemaire (Berthe, 81e), Dufour (Hecquet, 56e), Briesmalien, Sangare, Huysman, Desruelle, Vereecque (Decae, 73e), Traoré, Hoguet, Fall.

Oissel : Lacaille, Delesques, Mignot, Lequang, Salvador, Lebourg, Bezzou (Hazet, 82e), N’Goumé, Diafutua N’Gudiangani (Sidibé, 51e), Diampo Sengele, Ait Saïd (Dia, 76e)