Dieppe revit, Oissel coule – www.paris-normandie.fr

Le vestiaire dieppois a explosé de bonheur. Comme ivre de joie. Celui de leurs hôtes osseliens est lui resté dans un silence pesant. Conséquence logique de la fessée que le FC Dieppe venait d’infliger au CMS Oissel sur sa propre pelouse (1-5).

Dominés dans tous les secteurs de jeu, les banlieusards rouennais ont sombré samedi lors du derby face aux Maritimes. Sans jamais faire illusion ni réelle réaction. L’exact inverse d’une formation dieppoise qui, elle, a parfaitement maîtrisé les événements. Solide défensivement, efficace dans l’utilisation du ballon et la finition, Dieppe a déroulé. Bien aidé par un scénario il est vrai idéal. « On a la chance d’ouvrir très vite le score et de doubler la mise presque immédiatement, se félicitait après coup Jacky Colinet, l’entraîneur du FCD. On avait prévu de les presser très haut pour les empêcher de développer leur jeu et récupérer très haut le ballon. Cela a fonctionné au-delà de nos espérances. On a su profiter de leur passivité pour rapidement s’échapper. »

Faire preuve d’amour-propre
Sans jamais craindre d’être repris. Au bout de six minutes, il y avait en effet déjà 0-2. Au bout de trente-huit minutes, l’écart était déjà deux fois plus important (0-4). « J’ai du mal à expliquer ce qui s’est passé, s’interrogeait après le match Raynald Bertin, le coach du CMSO. Dans le vestiaire, avant la rencontre, la motivation était bien là. Par contre, une fois sur le terrain, on a tout fait à l’envers. On n’a pas gagné un duel et eux ont la réussite de marquer quatre buts sur les quatre occasions qu’ils se créent. » A la mi-temps, le sort du match était bien sûr d’ores et déjà plié. Restait juste aux Osseliens à éviter une plus grande correction encore. « Je leur ai dit que si on continuait comme ça, c’est avec 6 ou 7 buts encaissés qu’on allait finir la rencontre et qu’il fallait désormais faire preuve d’amour-propre. Malheureusement, je n’ai pas vu de réel changement en début de deuxième mi-temps. »
C’est donc plus à la baisse de régime légitime des Dieppois qu’à leur propre révolte que les Osseliens doivent le fait d’avoir fait jeu égal avec le FCD au tableau d’affichage sur la seconde période (1-1 mais 1-5 au final). « La deuxième mi-temps m’a moins plu, pinaille Jacky Colinet. Je pense qu’il y avait moyen de la gérer autrement. Après, compte tenu du scénario, c’est assez logique et si on peut gagner 5-1 chacun de nos matches à l’extérieur, je signe tout de suite. Par rapport à la course au maintien, cette victoire nous fait beaucoup de bien. » A l’opposé, elle fait très mal à des Osseliens à la lutte pour la deuxième place avant le match. « Ce match est une grosse déception pour moi, regrettait Raynald Bertin. On va essayer d’en tirer des enseignements et tout faire dans la semaine pour qu’il ne laisse pas trop de traces. » Cela ne devrait pas être simple.
M. R.