Oissel et Caen dos à doswww.paris-normandie.fr

Au terme d’une partie plaisante et indécise jusqu’au bout, Oissel et les réservistes caennais se sont séparés sur un score nul logique (2-2).
Les absents ont eu tort de ne pas se déplacer hier après-midi au stade Marcel-Billard pour assister à la rencontre opposant le CMS Oissel aux réservistes du SM Caen. Les acteurs ont en effet livré une partie passionnante, enlevée, riche en rebondissements et indécise jusqu’au bout.
A la recherche d’une troisième victoire consécutive, les locaux se montrent néanmoins empruntés durant le premier quart d’heure. Si bien que les Caennais en profitent pour poser les premières banderilles. La frappe puissante d’Operi détournée en corner du bout des gants par Lacaille en est l’illustration parfaite (12e) et sonne comme un avertissement sans frais. La deuxième opportunité des visiteurs quelques minutes plus tard est la bonne. A la réception d’un corner concédé par Salvador, exécuté par Toufiqui, le portier osselien Mathieu Lacaille hurle à ses partenaires « laisse ». Erreur d’appréciation de la trajectoire du ballon, ou mésentente avec ses coéquipiers, toujours est-il qu’à la tombée du ballon, Sacko surgit pour placer une tête décroisée qui fait mouche (0-1). Ce but encaissé agit finalement comme un coup de pied au c… pour les hommes d’Abdel Zamrat qui se réveillent enfin. Leur réaction ne tarde pas. Moins de dix minutes plus tard, Lebourg hérite du ballon plein axe. De vingt-cinq mètres et de l’extérieur du pied droit, il expédie un véritable boulet de canon qui déloge la toile d’araignée des buts de Reulet
(1-1). Avant de rejoindre les vestiaires, les deux formations se procurent des opportunités pour faire la différence. Ainsi, Sidibé rate la balle de break (25e) tout comme Sacko (45e).

Sacko récidive
Contrairement au premier quart d’heure de la partie, le deuxième acte débute par une domination territoriale des banlieusards rouennais. Il leur faut moins de dix minutes pour trouver à nouveau le chemin des filets. Bezzou alerte Sidibé dans la profondeur, celui-ci gagne son duel avec Musavu avant de glisser le cuir hors de portée de Reulet avec l’aide du poteau (2-1). Par la suite les occasions s’enchaînent de part et d’autre. Ngoumé (58e) ou encore Ouadah (64e) dans le petit filet ratent des balles de break immanquables ou quand De Taddéo oblige Lacaille à se détendre au ras du sol pour éviter le pire (63e).

A force de jouer avec le feu et dans l’incapacité de concrétiser leurs situations favorables, les Osseliens se font punir logiquement à l’approche des cinq dernières minutes. A la lutte à l’entrée de la surface avec Langlois, Sacko du bout du pied réussit à propulser le ballon dans la cage de Lacaille (2-2). Un résultat final qui dans l’ensemble reflète assez bien la physionomie de la partie.

C. S.