Oissel par un trou de souris ! – www.paris-normandie.fr

Le CFA accueillera théoriquement douze promus la saison prochaine. Numéro 4 dans la hiérarchie des meilleurs 2e, le CMSO serait… le douzième.

Les Osseliens ont tout de même fêté ça, samedi après la victoire à Dreux. Ça ? La montée en CFA, que le CMSO ne chante pas encore sur les toits. « Elle n’est qu’officieuse et pas encore officielle. Nous sommes certes confiants, mais un peu dans l’inconnu. Savourons l’instant présent », soufflait ainsi hier l’entraîneur Raynald Bertin. Une montée qui ne s’est dessinée que deux bonnes heures après le coup de sifflet final.

Il fallait en effet aux Seinormarins prendre connaissance de l’ensemble des résultats des sept autres poules et se lancer dans d’interminables calculs visant à déterminer leur place dans le classement des deuxièmes, puisque seulement quatre d’entre eux sont éligibles en CFA. Des calculs à plusieurs variables, principalement liées aux réserves pros : comme si ce système n’était pas assez alambiqué, le règlement de la FFF stipule d’exclure les résultats obtenus contre les équipes B ne pouvant accéder au CFA, soit parce que leur centre de formation ne possède pas les normes requises, catégorie 1A, 1B ou 2A, soit parce que leur équipe fanion n’évolue ni en Ligue 1 ni en Ligue 2.

En vertu du classement 2008-09 de ces centres (celui de 2009-10, qui doit normalement faire foi, n’est même pas publié à ce jour !), les réserves de Sedan, Valenciennes, Reims et Angers ne peuvent être intégrées à ce « championnat dans le championnat » qui prend en compte les matches disputés contre les cinq meilleures équipes de chaque poule.

Place aux calculs comptables…
Guingamp B (l’En Avant est tombé en National) et Auxerre C non plus. Les Osseliens n’avaient pas ce problème dans le groupe A, les réserves d’Amiens, de Sannois et de Pacy figurant dans la seconde partie de tableau. Avec 28 points, ils tirent principalement bénéfice de leur double exploit contre Calais (2-1 et 1-0). Et à ce petit jeu, ils arrivent juste du bon côté de la barrière, quatrième sur sept (le huitième larron, Guingamp, est éliminé d’office). Pas besoin d’attendre donc les désistements des clubs rétrogradés en CFA (Louhans, Cassis voire Hyères) ou de ceux en passe d’y accéder (Calais).
Que Raynald Bertin se rassure : Oissel peut donc bel et bien se considérer en CFA, ce qui marque un tournant dans l’histoire d’un club constamment éclipsé par ses voisins Rouen et Quevilly, et qui n’a jamais fréquenté l’élite amateur à ce jour. Après les calculs sportifs, les dirigeants normands vont désormais devoir se plonger dans les calculs comptables. Qui ne seront certainement pas non plus une sinécure au moment de devoir régler le cas Patrice Heaulmé, l’ancien coach en arrêt maladie depuis septembre dernier.

Le classement du meilleur 2e
1. Saint-Pryvé/Saint-Hilaire (groupe G), 33 points ; 2. Saint-Etienne B (gr. D), 29 ; 3. Uzès/Pont-du-Gard (gr. E), 28 (+7) ; 4. OISSEL (gr. A), 28 (0) ; 5. Avion (gr. B), 27 ; 6. Tarbes (gr. F), 25 ; 7. Belfort (gr. C), 22.
Le groupe H n’est pas pris en compte, le 2e Guingamp B ne pouvant accéder au CFA.

A. R. et C. S.