Renouer avec la victoire – www.paris-normandie.fr 

L’aller-retour le week-end dernier sur l’île de Beauté s’étant soldé pour les Osseliens par une défaite (2-1) face aux réservistes du SC Bastia, il a placé les banlieusards rouennais dans l’obligation d’obtenir un résultat positif cet après-midi dans le derby qui les oppose à l’Evreux FC 27. Histoire d’effacer l’échec du déplacement en Corse encore présent dans la mémoire de Jourdaine. « On a eu à faire à une équipe très agressive, beaucoup plus déterminée que nous, qui n’a rien lâché et qui a manifesté durant toute la partie son désir de gagner. » Les hommes de Raynald Bertin et Abdel Zamrat n’ont engrangé que dix points sur les vingt mis en jeu au cours de leurs cinq dernières sorties (1 victoire, 2 nuls, 2 défaites).

Maudits derbies

« Pour cette raison, et si on ne veut pas se retrouver dans la deuxième moitié du tableau, poursuit Jourdaine, l’un des doyens de l’équipe avec ses 35 ans (le plus âgé de l’équipe étant le gardien Ghislain Tchiamas avec ses 38 ans qu’il célébrera le 28 février prochain), la vistoire est obligatoire ou du moins la défaite interdite. »

Jusqu’alors, les Osseliens n’ont pas été en mesure de prendre une seule fois le meilleur lors des derbies face aux équipes normandes. Défaite dès la première journée à domicile contre Pacy (1-2), puis partage des points huit jours plus tard avec Evreux (1-1) et nouveau score de parité avec le FC Dieppe (1-1) le 11 décembre au cours de la 9ème journée. « Une victoire, ajoute Jourdaine, permettrait justement de repasser devant eux au classement avant un déplacement le week-end prochain à Beauvais (15è) que l’on pourrait qualifier comme favorable même s’il faut toujours de se méfier d’une équipe mal classée à la recherche de points. »

 

Lam, nouvelle vague – www.paris-normandie.fr 

Elle reste bien sûr à confirmer, mais c’est le genre de révélation qui fait plaisir à Mathieu Bodmer. Le président d’Evreux, après le revers à Pacy (B) le 16 janvier (0-1), avait émis le souhait de « s’appuyer davantage la saison prochaine sur les jeunes joueurs du club ». Eric Fouda n’a pas attendu aussi longtemps pour intégrer Yaya Lam (21 ans) dans son onze de départ, à Hazebrouck le 29 janvier (1-1) puis devant Beauvais (B) samedi dernier (1-1). « Il m’apporte la percussion et la conservation de ballon que je recherchais côté droit » dit le coach, qui avait déjà repéré le potentiel ce grand (1,85 m) et longiligne gabarit la saison passée puisqu’il lui avait permis de faire trempette dans le bain du CFA 2 (deux courtes apparitions début mars à Saint-Omer et contre Amiens AC). « Il a eu tendance à se relâcher une fois qu’il s’est retrouvé avec les A… Depuis, il est passé entre de bonnes mains, celles de Gérald Thiéry en PH », explique Fouda. L’intéressé ne nie pas le problème : « Je n’ai pas montré assez de sérieux, avoue Yaya Lam. J’ai refait mes gammes avec la C, puis je suis monté avec la réserve en DH où j’ai inscrit 4 buts en 4 matches. » Il reste à cet attaquant axial de formation (il a fait ses classes à l’ALM puis à l’EACF, l’année d’avant-fusion) à connaître le même bonheur avec les « grands ». Aujourd’hui à Oissel ?
A. R.