Je suis venu vous dire que je m’en vais….

Mes chers licenciés du C.M.S.O, mes très précieux bénévoles, mes amis !

C’est la boule dans la gorge que je suis venu vous annoncer ce que beaucoup pressentaient depuis maintenant quelques temps.Oui il est temps pour moi de quitter le club, notre club.

J’ai lutté pour tenté de hisser le plus haut possible le C.M.S.O et je me suis battu pour être accepté parfois dans un climat très hostile.Je n’ai pas ménagé mes efforts et j’ai tenté de créer une vraie dynamique de club pour que tous ensemble nous fassions grandir le C.M.S.O.

Mon investissement humain et financier n’a pas été récompensé et n’a pas reçu l’écho que j’attendais. L’ambition que je nourrissais pour le CMSO aurait pu permettre à ce club de se structurer encore plus et d’accéder à un niveau sportif supérieur.

Les enfants des catégories de jeunes ont finalement été ma plus grande satisfaction et lorsque je les évoque c’est un profond sentiment d’utilité et de fierté qui m’habite….

Je remercie sincèrement toutes celles et tous ceux qui ont œuvré avec cœur pour rendre possible ce qui finalement ne l’a pas été.L’heure n’est pas à la polémique et encore moins à l’amertume.

Le C.M.S.O voit aujourd’hui le retour d’un enfant de la ville en qualité d’entraîneur de l’équipe première. Cette décision est la marque de fabrique d’une cohérence de la municipalité qui voit dans le football un outil d’apaisement des tensions sociales et un creuset pour asseoir un amateurisme ronronnant dans lequel je ne me retrouve pas.

Mon âme de compétiteur et ma trempe d’homme de challenges me conduira sur d’autres routes et sous d’autres cieux…

Je retire d’ailleurs le mot « cieux » et tous ses dérivés car mon esprit laïque m’empêche pour ma part de mélanger football et religion… Il est malheureusement des problématiques de société que le sport ne peut juguler à lui tout seul et c’est pourquoi je veux m’investir aujourd’hui dans un projet sportif ambitieux dénué des stratégies d’emprise que j’ai pu ressentir et déplorer au sein du CMSO…

Encore une fois je remercie toutes celles et tout ceux qui ont cru en mon projet pour promouvoir le collectif et l’intérêt supérieur du CMSO.

Nous n’y sommes pas parvenus mais l’heure n’est pas aux regrets car pour se connaître il faut s’être éprouvé et dorénavant je peux dire que je me connais….

Longue vie et bonne chance au CMSO…