Oissel a trouvé la formule – www.paris-normandie.fr

En s’imposant face à Wasquehal (1-0), Oissel est en passe de réussir son double pari : redresser la barre et s’installer durablement dans les cinq premières places. On peut encore regretter la manière un peu laborieuse de s’imposer, mais l’heure n’est pas à faire la fine bouche. Oissel a évolué avec un milieu de terrain fourni derrière deux attaquants, mais la tactique est évolutive.
« On met en place un schéma de jeu selon l’équipe qu’on a en face. Le fait est qu’on commence à bien connaître Wasquehal, c’est une équipe qui sort peu mais qui profite très vite des ballons perdus de l’adversaire. Le reste du temps, ils arrosent avec de longs ballons. On a donc essayé de monter nos ballons proprement jusqu’au milieu de terrain avant de jouer sur les déviations des attaquants », explique Raynald Bertin.

Depri fait mouche
C’est après dix minutes que la première banderille est placée par le duo Konté-Samson, mais le cadre se dérobe (8e),
« On a eu des opportunités en première mi-temps, comme la tête décroisée de Stéphane Samson sur la barre (35e), mais on a su patienter devant notre manque de réussite. On a aussi eu la chance que Wasquehal ne soit jamais dangereux », confie le coach.
Wasquehal ne viendra aux avant-postes qu’une fois, sur un débordement de Zanzan, et un centre à ras de terre Vanderdriessche ne peut reprendre et le public respire (59e).
Oissel reprend le jeu à son compte et Lequang sur une chevauchée dont il a le secret sert Depri qui touche son premier ballon, frappe et marque bien aidé par Gere, le gardien nordiste qui se manque (1-0, 63e).
« C’est clair qu’on est bien mieux, le jeu est plus fluide, on se trouve bien. L’apport de Stéphane est indéniable, ils nous parlent beaucoup à Oumar et moi, on trouve des automatismes et ça va aller de mieux en mieux », conclut un Georges N’Goumé, tout sourire.

Wasquehal impuissant – www.lavoixdessports.com

En s’inclinant à Oissel, Wasquehal n’a pu faire preuve d’une réelle puissance offensive. Une prestation qui s’explique aussi par la tactique de l’adversaire : « On commence à bien connaître Wasquehal. C’est une équipe qui sort peu mais qui profite très vite des ballons perdus de l’adversaire. Le reste du temps, ils arrosent avec de longs ballons. » explique le coach Raynald Bertin. Oissel marquait l’unique but de la rencontre suite à une chevauchée de Lequang et un service pour Depri qui, pour son premier ballon, marquait aidé par Gere, le gardien nordiste, qui se manqua (1-0, 63e).

Une défaite dure à digérer – www.nordeclair.fr

Une équipe connaît une fois ou deux par saison un match cauchemardesque. Les Wasquehaliens l’ont connu hier, lors de leur déplacement à Oissel. Les Nordistes ont peiné face aux Normands et se sont inclinés sur la plus petite des marges.

Sur un terrain qui n’en avait que le nom, les joueurs de Régis Bogaert ne sont jamais parvenus à trouver leurs marques. Comme les Normands se méfiaient tout autant que les Nordistes, le match s’est avéré extrêmement fermé et pauvre en occasions. Les Osseliens ont légèrement dominé en 1re période. Une longue balle en profondeur a donné une première suée aux Nordistes suite à une mésentente entre Enyeama et Géré. Le ballon a filé à quelques centimètres du poteau (10e). Il y eut encore cette frappe de Sanson claquée de justesse par Géré (22e), puis ce face-à-face entre le portier de l’Entente et l’attaquant osselien (33e).
En 2e période, les « Jaune et Noir » ont eu une belle occasion sur un centre de Zanzan repris par Vandendriessche (60e). Il a fallu un tir assez anodin des vingt mètres et un rebond juste devant Claude Geré pour que les Normands ouvrent la marque (1-0, 65e). Hamidi a eu lui aussi sa chance mais un pied adverse a détourné son tir (81e).
« On a fait un mauvais match sur un mauvais terrain. On prend un but bizarre, davantage dû à l’état du terrain qu’à l’adresse du joueur , confiait Régis Bogaert. J’ai dû recadrer les joueurs à la fin du match. Cela n’a pas été tout à fait comme je le voulais. »