« La malédiction touche Oissel » – www.paris-normandie.fr

C’est une équipe du CMS Oissel très affaiblie qui s’apprête à recevoir cet après-midi au stade Marcel Billard celle du FC Dieppe. Outre les absences certaines de l’attaquant Florian Coquio, touché à la cheville et sorti à la mi-temps du match contre Noisy-le-Sec le week-end dernier, du milieu de terrain Romain Devassy qui se remet d’une déchirure à la cuisse, des défenseurs Thierry Emmanuel souffrant des tendons et Bertrand Mignot en phase de reprise sans oublier Samuel Ojong qui n’est toujours pas qualifié, Abdel Zamrat va devoir composer vraisemblablement sans son défenseur axial Ange Depri en délicatesse avec un genou. « Ange sera quand même dans le groupe mais je doute qu’il puisse tenir sa place. »
En réalité, tous ces petits pépins de santé que déplore l’entraîneur du CMSO ne sont rien au regard de la grave blessure dont a été victime Diaguy Gueye au milieu de la semaine. « En disputant une rencontre amicale mercredi soir avec la réserve contre le FC Saint-Aubin, raconte Zamrat, Diaguy s’est retrouvé au sol, tibia et péroné fracturés. » Opéré jeudi aux Feugrais à Elbeuf, le jeune défenseur (19 ans) sera absent des terrains pendant de longs mois. « Je suis allé le voir et j’ai rencontré le chirurgien qui l’a opéré. Ce dernier m’a confirmé que Diaguy ne pourra pas être opérationnel, au mieux, avant six mois. » Une très mauvaise nouvelle pour le coach qui fondait beaucoup d’espoir sur lui.
C. S.

« Dieppe et son abondance… » – www.paris-normandie.fr

FOOTBALL. CFA 2 Face à Oissel, la blessure de Mortoire va permettre de faire tourner un effectif dieppois rarement aussi dense.

«Abondance de biens ne nuit pas. » Dans le giron du football régional, Jacky Colinet, l’entraîneur du FC Dieppe, est un fervent adepte de maximes. Celle-ci se révèle d’actualité. Evidemment parce que les travées des Vertus frémissent depuis le retour de son épouvantail, Antoine Buron, lié au club, faute de mieux, depuis lundi dernier. Pour cela, il faudra probablement attendre le 6 octobre et la réception de Gravelines.
Non, dans l’immédiat, les défis sont ailleurs. En défense, précisément. Après le coup dur de la blessure du défenseur central Théo Letombe (ligaments croisés), c’est au tour de Jonathan Mortoire de s’être blessé samedi dernier face à Issy-les-Moulineaux. L’élongation de Noisy-le-Sec s’est transformée en claquage. Ce sera à confirmer la semaine prochaine par un examen médical. « Je ne me l’explique pas. J’en ai peut-être pour au moins quatre semaines », concède dépité le latéral droit si rarement absent des terrains.
Pour le tacticien dieppois, il y a toujours une raison. « La sagesse aurait voulu qu’il ne joue pas samedi. Ce n’était qu’une petite élongation pour laquelle on n’a pas pris le temps de respecter un délai de 10 jours de cicatrisation. A vouloir jouer un match, c’est peut-être trois qu’il risque de manquer. »

« Faire confiance au groupe »

Et la maxime de reprendre tout son sens. Car si Thibault Pigeon a assumé, passé le premier quart d’heure face à Issy, l’intérim sans faillir, Yannick Hamel est attendu ce soir à la droite du rideau défensif. « Quasiment chaque poste a sa doublure. Yannick rentrait de vacances cette semaine il a eu un programme d’entraînement à respecter. Ce qu’il a pu montrer la saison passée comme en préparation me semble probant. Je dois faire confiance au groupe. » Et pourquoi ne le ferait-il pas alors qu’en l’absence de l’aiguilleur Romain Colinet (de retour ce samedi), il a su inscrire quatre buts et remporter ses deux premières confrontations ?
Il n’en aura de toute façon pas le choix tandis que l’on commence, encore avec retenue, à parler d’ambitions pour cette saison. « Si on en a quelques-unes même des petites, on est obligés de gérer l’abondance. Sinon on forme un groupe de 14 et on joue le maintien. Si on veut passer un cap, c’est aux joueurs de l’accepter. Je n’ai jamais eu un effectif comme celui-là. »
La pression de ce premier derby ? Pratiquement hors sujet. « Il arrive trop tôt. Oissel est évidemment une équipe sérieuse. Comme nous, ils sont dans ce championnat depuis plusieurs années avec encore cette saison une équipe qui bouge peu. Après tout, on ne sait pas où en sont nos deux équipes. Seul l’avenir nous dira ce que valaient réellement Noisy et Issy. »
Christophe FRéBOU