« Rouen et Oissel à la relance » – www.paris-normandie.fr

FOOTBALL. CFA 2 Battus l’un comme l’autre lors de la précédente journée, Rouen (B) et Oissel veulent profiter du derby pour se relancer.

Le tirage au sort du 6e tour de Coupe de France a réservé un joli clin d’œil au CMS Oissel en lui désignant comme adversaire le FC Rouen. Le même que ce week-end en championnat. A une différence près – de poids certes – puisque si les banlieusards rouennais affronteront l’équipe première du FCR le week-end prochain, aujourd’hui, c’est à sa réserve qu’ils sont opposés pour le compte de la 7e journée de CFA 2. Une affiche forcément un peu moins « motivante » que celle du week-end suivant. « C’est la première chose à laquelle j’ai pensé après le tirage. J’ai tout de suite eu la crainte que les joueurs soient plus concernés et concentrés sur la Coupe de France que sur ce match », avoue Abdel Zamrat, le coach osselien.
Quatorzième et relégable, Oissel reste en effet sur trois défaites de rang contre Amiens (0-1), Sannois-Saint-Gratien (2-0) et Boulogne-sur-Mer (1-5). « Je ne suis pas inquiet, c’est juste un mauvais passage dû notamment aux nombreuses blessures qui nous ont obligés à aligner beaucoup de jeunes joueurs mais gagner contre Rouen serait le meilleur moyen d’avoir le moral et de bien préparer la Coupe de France. » Les joueurs de Jean-Marc Sabbatini, l’entraîneur de la réserve rouennaise, n’ont pas ce souci. La Coupe, ils la laissent à ceux de National. Le championnat est donc leur seul lieu d’expression. Le seul où ils peuvent prendre leur revanche après une sortie manquée à Noisy-le-Sec (2-1) il y a quinze jours.

Le piment du derby
« On a été inconstant et même suffisant par moments lors de ce match, rappelle Jean-Marc Sabbatini. Après deux victoires de suite, cela a été un coup d’arrêt comptable autant que dans la manière. J’espère que les joueurs ont pris conscience de nos manquements ce jour-là et qu’ils vont régler ça. » La réception du CMS Oissel en est l’occasion. « Le fait que ce soit un derby met un peu plus de piment à une rencontre qui peut nous faire basculer d’un côté ou de l’autre. Si on gagne, on s’installera dans la première partie de tableau, si on perd, on tombera dans la deuxième partie. » Là d’où aimerait bien s’extirper Oissel…
Matthias Rogier