« Lacaille a retrouvé le sourire » – www.paris-normandie.fr

FOOTBALL. Coupe de France Deux ans après avoir quitté le FC Rouen, Mathieu Lacaille retrouve cet après-midi son club formateur comme gardien titulaire du CMS Oissel (CFA 2).

Le sourire qu’il affiche aujourd’hui tranche avec le visage triste qu’il avait il y a à peu près un an et demi lorsque, un matin de mai, Mathieu Lacaille a appris qu’il ne porterait sans doute plus jamais les couleurs du FC Rouen. Son club formateur. Son club de cœur aussi. Celui qu’il avait rejoint dix ans auparavant et au sein duquel il avait gravi les marches une à une jusqu’à intégrer l’équipe première. Plus qu’une page, c’est tout un chapitre de la vie du deuxième gardien rouennais qui s’était tourné ce jour-là.
« Quand le coach (NDLR : Eric Garcin) m’a annoncé la nouvelle, cela m’a évidemment fait mal au cœur. Rouen, c’est mon club. J’y suis arrivé, j’avais douze ans et je restais sur quatre saisons avec l’équipe première alors, je ne dis pas que je pensais rester à coup sûr, mais devoir partir a été quelque chose de difficile à vivre. » Le jeune homme de 24 ans n’en garde toutefois aucune rancœur et, à quelques heures d’affronter le FCR, c’est l’excitation plus que l’amertume qui l’emporte. « Quoi qu’il advienne, Rouen restera à jamais mon club de cœur. Je n’ai pas d’esprit de revanche. J’ai même gardé beaucoup de contacts au club. Notamment avec Pierre Vignaud, William Louiron, Jean-François Verger, Nicolas Burel ou encore Jean-Luc Aubert. Quand je peux, je passe les voir à l’entraînement. »
La page est tournée. Osselien depuis le début de la saison passée, Mathieu Lacaille a trouvé chez les banlieusards rouennais une sérénité qu’on ne lui connaissait pas forcément lorsqu’il portait les couleurs des Diables rouges.

Les galons de titulaire
« Lors de la discussion que j’avais eue avec Eric Garcin avant de quitter le FCR, il m’avait dit qu’il était temps pour moi de trouver un poste de titulaire dans un club de CFA ou de CFA 2, que j’avais besoin de jouer, se souvient le natif de Rouen. Il avait raison. Mentalement, je n’ai jamais été aussi bien qu’aujourd’hui. » Arrivé au CMS Oissel et mis en concurrence avec Ghislain Tchiamas, Mathieu Lacaille a en effet fini par gagner ses galons de titulaire, jouant 22 des 30 matches de CFA 2 l’an passé. Il est reparti sur les mêmes bases cette saison, ne prenant place sur le banc le week-end dernier qu’à cause d’une blessure. « Je m’étais fait mal à l’adducteur droit contre Boulogne-sur-Mer (1-5) mais, désormais, tout va bien. J’ai repris normalement lundi et le coach m’a annoncé que je jouerai face à Rouen. Il me reste désormais à sortir un bon match. »
Suffisamment bon pour permettre à Oissel de créer l’exploit et à lui de chambrer un peu plus encore Jean-François Verger, son ancien compère. « J’avoue que j’aimerais bien pouvoir aller le voir en fin de match pour lui dire : « T’as bien joué mais ça n’a pas suffi », se marre Mathieu Lacaille. Honnêtement, je leur souhaite le meilleur et notamment de monter en Ligue 2 cette saison mais, sur ce match, j’espère bien que c’est Oissel qui va l’emporter. » Histoire de garder le sourire.
Matthias Rogier

« Le FC Rouen veut réagir » – www.paris-normandie.fr

Corrigé à Ajaccio le week-end dernier (4-1), le FC Rouen compte le 6e tour de Coupe de France à Oissel (CFA 2) pour remettre de l’ordre dans la maison haut-normande. « J’attends une réaction, confirme Eric Garcin, l’entraîneur des Diables rouges. A Ajaccio, on a manqué d’envie. Or, dans ces conditions, on ne peut pas gagner un match. Ce qui est bien, c’est que ce groupe sait reconnaître ses erreurs. Les joueurs sont conscients d’être passés à côté du sujet et je sais qu’ils ont à cœur de se racheter, de montrer que ce qui s’est passé est un accident. D’ailleurs, ils me l’ont prouvé lors des séances d’entraînements cette semaine. Maintenant, il faut le faire en match. » Et éviter de vivre un 6e tour aussi difficile que la dernière confrontation entre les deux clubs en Coupe de France il y a deux ans. « Cela avait été très compliqué, se souvient le technicien rouennais. Si on peut s’éviter les mêmes frayeurs cette saison, cela serait bien. »
Ne serait-ce que pour économiser les forces d’un groupe qui n’enregistrera aucun retour de blessure ce week-end mais devra faire au contraire sans quatre nouveaux éléments, blessés ou suspendus (Morisot, Chabaud, Da Silva et Prieur).
M. R.