Nous faisons le relais d’un article paru ce jour sur la disparition d’Amar, fidèle supporter du CMSO.

« L’ami, le cousin, n’est plus » – www.paris-normandie.fr

OISSEL. Amar ne servira plus le p’tit jus du matin. Il est décédé lundi après-midi, à l’âge de 64 ans.

Au n° 32 rue de Turgis, la devanture du Café du Square est en partie recouverte de fleurs, de témoignages d’amitié, de dessins d’enfants. Amar, le cafetier, l’ami, « le cousin », comme on l’appelait, ne servira plus le p’tit jus du matin. Quelques-uns de ses amis, Philippe, Franck, Jean-Michel, témoignent et commentent : « J’ai l’impression de toujours l’avoir connu ici depuis 1970 ». « Le bar était ouvert 7 jours sur 7, et avec les habitués, il n’avait pas besoin de prendre des nouvelles, il devinait si on allait bien ou non ».
Amar, c’était une figure osselienne. Son nom de famille ? « Ben, c’était Amar. Il suffisait de demander, où c’est chez Amar et on avait le renseignement ». Bien que musulman, c’est à l’église d’Oissel qu’une cérémonie a été organisée jeudi dernier : « L’église était pleine », une belle image symbolique de ce que représentait Amar. Il sera inhumé en Algérie, un de ses amis se souvient de son humour : « Il disait, je suis né Français, en Algérie et en 1962, en 24 heures, je suis devenu algérien ». Et puis l’on repense à ce dimanche 30 octobre : « Il n’était pas bien, il est monté se reposer un peu, puis il est redescendu servir des clients. Il ne voulait pas qu’on l’emmène chez le médecin. P…. il serait encore là, s’il n’avait pas eu la tête dure ! » Amar a été découvert inanimé lundi après-midi, dans la cour derrière son bar, il avait 64 ans.
Deux autres amis, Jérémy et Nicolas ont organisé une cérémonie. Demain jeudi 10 novembre à 18 h, un hommage lui sera rendu, en face de l’établissement, allée de la Liberté. Une plaque sera déposée par ceux qui l’ont connu.