Retour sur le revers concédé par le CMSO face au FC Issy les Moulineaux (1-3). Impressions d’Abdel Zamrat, entraîneur du CMS Oissel

Question(s) à…

ABDEL ZAMRAT – Entraîneur CMS Oissel

Rechute difficile pour le CMSO, qui joue les grands écarts après la victoire 3 à 1 face à Chambly… On a assisté à l’une des plus tristes 1ere mi-temps depuis longtemps. C’est donc plus grave « Doc » ?

« En effet, c’était une bien triste première période. On fait une entame catastrophique. On avait pourtant bien insisté à la causerie sur le fait de bien rentrer dans le match, de ne pas prendre de risque, et surtout de ne pas encaisser de but. Malheureusement, au bout de trois minutes de jeu, Thierry (Emmanuel) effectue une mauvaise relance. Sur l’interception, l’adversaire met le ballon en profondeur. Et Bertrand (Mignot) perd son duel derrière et ça fait 1 à 0.
On a facilité la tâche de nos adversaires. Ils étaient plus motivés et plus agressifs. Ils se sont ensuite regroupés derrière en essayant de nous contrer. Nous, nous avons couru après le score n’importe comment. On a même évité le pire juste avant la pause, car ils auraient pu inscrire une second but voir même un troisième !
Ensuite, on a assisté à une deuxième mi-temps différente. On était plus calme, plus serein. Les gars étaient patients et tentaient de passer par les côtés. On a effectué 20 très bonnes minutes où l’on fait le plus dur en recollant au score et où l’on aurait même pu prendre l’avantage. Mais dans notre moment fort, on commet une nouvelle erreur défensive. Bertrand (Mignot) perd le ballon et la défense est statique. Ange (Depri) ne couvre pas derrière Jo (Lequang) et ça fait 2 à 1. Le troisième but, je n’en parle même pas. Tout le monde s’est arrêté de jouer. »

L’équipe a sombré en 3 minutes. Un tel passage à vide t’inquiète-t-il pour la suite ?

« Oui cela m’inquiète, car on a pris 17 buts en 10 matchs. C’est énorme. On a un grand problème défensif qui est plus lié au mental qu’autre-chose. A ce rythme, on va vivre une saison galère à moins que les joueurs ne prennent leurs responsabilités et qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes sur le terrain. Alors là, ce sera une autre histoire. »

L’absence de Y.Mauger et S.Delesques – qui tiennent habituellement l’axe du jeu osselien – est-elle une explication ?

« Ces deux absences nous ont été préjudiciables. Ce sont des combattants qui depuis un moment montrent l’exemple dans la récupération et l’agressivité. Ils sont au service de l’équipe. Malheureusement, on n’a pas su les remplacer. J’ai fait confiance à d’autres joueurs qui m’ont déçu. De plus, certains titulaires habituels ont évolué largement en-dessous de leur niveau. »

Le CMSO tient la 15e attaque et la 14e défense du championnat. En tant qu’entraineur, tu es forcément la cible de tes détracteurs. Comment gères-tu cela ?

« Aujourd’hui nous sommes confrontés à un gros problème défensif que nous n’arrivons pas à résoudre, soit à cause des absences, soit par la faute de joueurs qui ne font pas le boulot sur le terrain. De mon côté, je fais le maximum pour régler cela au travers des entraînements et des discours. Mais le problème est individuel. C’est dans leur tête. Pour preuve le match de Chambly : on s’impose devant le leader 3-1, en prenant un CSC, et devant l’avant-dernier on concède 3 buts. »

La semaine prochaine, vous vous déplacez à Grande-Synthe (relégable). Qu’attends-tu maintenant de tes joueurs ?

« On s’est mis nous-mêmes en difficulté. C’est désormais à nous de se sortir de cette situation délicate. Cela viendra par la rigueur, la détermination et l’agressivité. Un match très compliqué nous attend. La question est : va-t-on être capable de relever la tête et de vaincre cette équipe de Grande-Synthe pour la laisser derrière nous ? »