Revue de presse mise à jour le 11.01.2012 à 10h15


« Dans la douleur, Gravelines s’impose à Oissel et se donne de l’air » – www.lavoixdunord.com

Certes, l’USG compte une voire deux rencontres de plus que tous ses poursuivants, mais les quatre points engrangés en Normandie permettent de souffler un peu. Contre une équipe que l’on attendait certainement plus haut au classement, les troupes de Giuseppe Bianco ne l’ont pourtant pas eu facile.

Après une vingtaine de minutes, les Maritimes ont même commencé à souffrir face à une belle équipe osselienne. « On n’a pas été baladés. Mais hormis vingt minutes où on a appliqué les consignes à la lettre, Oissel avait le ballon et nous mettait à mal. Ils ont deux occasions franches en première période, au moins autant en deuxième », constatait l’entraîneur gravelinois. Au meilleur moment, Benjamin Bétourne sortait de sa réserve pour ouvrir la marque, bien servi par Rémi Bertheloot (0-1, 44e).

Sans la manière
Malgré les temps forts adverses, l’USG s’accrochait à ce succès des plus précieux. « C’est un peu chanceux. On a eu beaucoup de réussite sur ce match, on a été réalistes. Le match nul aurait été plus équitable. » Vaincre dans la douleur chez un concurrent direct, voilà qui lance idéalement les joueurs gravelinois en 2012.

Sans la manière, malgré les pépins physiques, l’USG empoche quatre points qui lui permettent de remonter en quatrième position. « C’est bon sur le plan comptable mais aussi pour le moral. On démarre cette année sur un semi-exploit. On a gagné aussi avec certaines valeurs, on a fait preuve de solidarité. C’est très intéressant. » À confirmer avec la prochaine réception de la réserve amiénoise. •

OISSEL – GRAVELINES : 0-1 (0-1). Arbitre : M. Pecqueux. But : Bétourné (44e).

GRAVELINES : Crépin, Decae, Demeester, Rovillain, Routier, Izem, Zenaba, Bertheloot (Mohamed-Seydi, 71e), Dupont (Mimouni, 84e), Château (Blanckaert, 77e), Bétourné.

« «Nous avons grillé tous nos jokers» » – www.paris-normandie.fr

Le CMS Oissel a vécu un nouveau cauchemar samedi après-midi sur sa pelouse en s’inclinant face à Gravelines (0-1). Le sixième échec de la saison après douze journées, le quatrième à domicile, qui risque de donner des sueurs froides au coach Abdel Zamrat dans les prochains jours, notamment lors des futures échéances avec Marck, Calais et Beauvais.

L’équipe de Gravelines vous a-t-elle impressionné. Etait-elle supérieure à la vôtre ?
Abdel Zamrat: «La pilule est d’autant plus difficile à avaler que Gravelines n’avait rien d’une équipe exceptionnelle. En revanche, elle a démontré beaucoup de valeurs morales, elle n’a rien lâché et a surtout bien défendu en deuxième mi-temps.»

Qu’avez-vous pensé après l’ouverture du score des Nordistes juste avant la pause ?
«Je suis resté positif. Je me suis dit et je l’ai dit aux joueurs qu’il restait 45 minutes pour renverser la vapeur. Je les ai donc placés devant leurs responsabilités, surtout vis-à-vis des anciens, les cadres du groupe. J’ai insisté pour qu’ils développent un jeu au sol, à une touche de balle, mais la pelouse en mauvais état n’était pas appropriée pour mettre en application mes consignes. Les deux occasions franches ratées par Florian (Coquio) sont l’illustration parfaite d’un terrain sur lequel les faux rebonds ont été nombreux.»

Qu’a t-il manqué à votre équipe pour s’imposer, voire pour arracher le partage des points ?
«De la percussion devant le but adverse et toujours cette réussite qui nous fuit depuis un bon moment. Par ailleurs, des joueurs cadres n’ont pas été à la hauteur. Je pense à Georges (Ngoumé), Pierrick (Caquio) ou encore Florian (Lebourg). On a aussi manqué de relation, de lien entre les milieux et les attaquants, manqué également de mouvements, d’appels de balles. On a aussi fait de mauvais choix au moment de la dernière passe.»

Qu’attendez-vous de vos trois prochaines sorties, successivement contre Marck, Calais et les réservistes de l’AS Beauvais ?
«Nous avons grillé tous nos jokers. Nous irons donc à Marck pour prendre les points perdus contre Gravelines, avec je l’espère le retour dans le groupe de Samuel Ojong, Guillaume Lederne et Romain Devassy. Des pièces maîtresses. Le mot d’ordre dorénavant sera de se faire respecter à la maison et de glaner des points en déplacement. Conditions indispensables pour ne pas finir à l’une des cinq dernières places synonymes de relégation.»
PROPOS RECUEILLIS PAR C.S.

« La bonne affaire pour Gravelines » – www.lavoixdunord.com

OISSEL – GRAVELINES
0-1 (0-1) 100 spectateurs. Arbitre : M. Pecqueux. But : Betourné (44e). Avertissements aux Osseliens Depri (56e), Lebourg (63e ), Dia (80e).

OISSEL • Lacaille ; Lequang, Mignot, Delesques, Dia ; Lebourg (Abdelmoula, 64e), Depri, Mauger ; Ngoumé (cap.), Coquio, Mainemare (Tilouta, 64e). Entraîneur : Abdel Zamrat.

GRAVELINES • Crépin ; Decae, Demeester, Rovillain (cap.) ; Routier ; Izem, Zenaba, Bertheloot (Mohamed-Seydi, 71e ) ; Dupont (Mimouni, 84e), Château (Blanckaert, 77e), Betourné. Entraîneur : Giuseppe Bianco.

Une occasion, une seule aura suffi aux hommes de Giuseppe Bianco pour s’imposer samedi après-midi en Normandie, et s’offrir ainsi un bol d’oxygène en s’extirpant du bas de tableau.

L’action décisive est survenue en toute fin de première période, lorsque Rémi Bertheloot, sur le flanc gauche, échappait à la vigilance de Lequang et Delesques, deux défenseurs osseliens, avant d’adresser un centre parfait à destination de Benjamin Betourné. Celui-ci, idéalement placé dans la surface de réparation normande au point de penalty, se faisait une joie d’expédier le ballon au fond des filets de l’infortuné Lacaille (0-1, 44e).

Plus rien ne sera marqué en seconde période, en dépit des efforts répétés des banlieusards rouennais, qui butèrent systématiquement sur une défense nordiste bien articulée autour du solide Demeester et de son capitaine Rovilain.

Les hommes de Giuseppe Bianco pointent désormais à la quatrième place, et peuvent regarder vers le haut, avec seulement six points de retard sur le leader provisoire, Sannois-Saint-Gratien. •